Alerte sur cette nouvelle méthode de cambriolage dans les maisons à Ouagadougou

Il est actuellement très courant à Ouagadougou, d’entendre des gens dire qu’ils ont été cambriolés la nuit dernière. A entendre les débuts de la description des scènes de ces actes ignobles, on peut se précipiter d’accuser à tort la victime même d’être complice de son malheur, mais ce n’est pas le cas. C’est en effet les cambrioleurs qui ont usé d’une subtilité à la pointe de la technologie actuelle pour accomplir leurs actes de manière furtive. Les scènes sont stupéfiantes !

Les scènes se résument, en général, en ceci : un ou des cambrioleurs-nul n’a jamais pu rapporter le nombre exact- arrivent en pleine nuit dans une cour, pendant que les occupants sont endormis, utilise(nt) des outils adaptés pour couper le métal de la porte ou la fenêtre, ou bien ils  cassent les vitres si la porte ou les fenêtres sont en vitre, afin de se frayer une issue permettant d’ouvrir entièrement la porte de la maison. Une fois à l’intérieur, les malfaiteurs procèdent ensuite à une fouille minutieuse de la maison afin de repérer le moindre matériel ou mobilier précieux à leurs yeux, qu’ils font sortir librement par la porte grandement ouverte. Une chose d’emblée inimaginable dans la réussite de l’opération, est que les cambrioleurs ont usé de moyens technologies et scientifiques pointues. En effet, ils prennent le soin, quelques minutes certainement avant l’effraction, d’endormir profondément les occupants de la maison en pulvérisant un aérosol ou en introduisant par un moyen quelconque une substance chimique de nature inconnue, qui se vaporise rapidement à l’intérieur de la maison, entrainant le sommeil profond chez les occupants qui auront respiré la dite substance. Fini donc l’époque des cambriolages avec usage de machettes et d’armes à feu pour intimider les victimes ! Par cette nouvelle méthode, les cambrioleurs se livrent à loisir à leur acte, puis ils disparaissent avec leur butin sans alerter même le voisinage et sans être inquiétés. Les victimes ne se réveilleront que le lendemain et très tardivement pour constater le sinistre avec consternation. Heureusement qu’ils se réveillent de ce sommeil très profond, mais le plus souvent avec des courbatures dues aux effets néfastes des substances chimiques employées par les cambrioleurs.

Il est vrai que les scientifiques et les innovateurs s’investissent pour mettre au point des technologies de pointe pour faciliter le travail et contribuer à l’amélioration du bien être de l’Homme, mais les usages à des fins malveillants ont toujours été proscrits. L’usage de substance chimique dans des situations comme cela se fait dans les vols à Ouagadougou est très dangereux. La nature des substances étant inconnue, les effets néfastes sur la santé sont donc imprévisibles. Les victimes, face à la perte de biens matériels, se consolent souvent par le fait d’avoir eu la vie sauve, mais qu’elle vie si celle-ci doit être vécue en trimbalant diverses séquelles à long terme sur la santé, engendrées par les substances chimiques ?!

Le phénomène est devenu récurrent, alors il faut que les autorités concernées par la gestion de ces types d’évènements dans le pays manifestent leur intérêt pour leur éradication. Il faut qu’elles prennent les mesures nécessaires, incluant l’identification des substances chimiques employées, la mise en place de dispositifs de dissuasion des cambrioleurs et aussi des mesures permettant éventuelles victimes de pouvoir résister en cas d’attaque, si non le phénomène sème la psychose au sein de la population ouagalaise.

Par Julien DEMBELE, MSc.

The following two tabs change content below.
Julien DEMBELE
Julien est un blogueur de nationalité burkinabè, diplômé dans les domaines de la Toxicologie, l'Environnement-Santé, la Nutrition et les Sciences des aliments. J'aime bloguer ; écrire sur les sujets et actualités en rapport avec l'environnement et la santé.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *