La consommation de fruits et légumes frais contre l’obésité et les caries dentaires

Frutas Mercado Municipal de São Paulo par Rafael Acorsi, via Flickr CC

Frutas Mercado Municipal de São Paulo par Rafael Acorsi, via Flickr CC

Il n’est plus à démontrer que la consommation d’aliments avec trop de sucres ajoutés contribue fortement à la montée en flèche du surpoids, de l’obésité et des caries dentaires. Des études commanditées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’ont déjà confirmé. Il s’agit d’études dont les intitulés sont les suivants : « Dietary sugars and body weight : systémic review and meta-analyses of randomised controlled trial and cohort studies » et « Effect on caries of restricting sugar intake : Systemic reviw to nform WHO guidelines », publiées dans des revues scientifiques célèbres. L’OMS a commandité ces études dans le cadre de l’élaboration de ses Lignes Directrices sur les apports en sucre pour les enfants et les adultes, actuellement en consultation publique jusqu’au 31 mars 2014.

Ce fléau de l’obésité est en passe de devenir mondial, alors qu’il était jadis considéré comme problème des Occidentaux. Pendant que les statistiques de l’obésité sont régression chez les Américains, chez les Européens on observe une évolution contraire. Dans les pays en développement et surtout en Afrique, la progression est pire selon un récent rapport de l’ONG Overseas Development Institute (ODI). Ce n’est qu’une facette de la mondialisation, bref !

Parmi les recommandations concrètes à la population pour lutter contre cette « épidémie », figure la consommation de fruits et légumes tout en réduisant celle des aliments transformés avec trop de sucres ajoutés. Pourquoi faut-il privilégier la consommation des fruits et légumes, surtout à leur état frais ?

Il faut savoir que la technologie des aliments fut développée par nos ancêtres pour rendre les aliments disponibles à toute période de l’année. Cela a permis donc d’avoir à goûter par exemple un fruit ou son produit de transformation, à une période que le fruit n’atteindrait pas sans pourrir. Elle permet aussi que tout Européen ou Asiatique puisse goûter à la purée de mangue biologique de Orodara produite par Dafani, au Burkina Faso. Cependant, la technologie des aliments a aussi permis aujourd’hui à certains de fabriquer et de mettre sur le marché des aliments synthétiques (des aliments non naturels) ayant exactement le goût et autres caractéristiques de l’aliment naturel. Ces aliments de synthèse sont les plus bourrés en sucres ajoutés, pour donner plus d’envie au consommateur. Ils sont aussi les moins chers face aux produits naturels sur le marché. Malheureusement, il se trouve que les gens préfèrent consommer ces produits transformés alors que le fruit frais naturel est encore disponible.

Il faut aussi savoir que la technologie des aliments ne permet pas de conserver tous les constituants de l’aliment ayant des vertus nutritives ou sanitaires. Pour le cas des vitamines, le simple fait même de couper ou entailler un fruit ou un légume amorce leur destruction par oxydation au contact de l’air. Les vitamines d’un fruit peuvent dans ce cas se détruire complètement en quelques heures. Ce n’est donc pas le fait de le transformer en purée ou autre produit conservé durant des mois ou des années qui gardera ses nutriments intacts. Néanmoins, on peut renforcer par ajout de certains nutriments de l’aliment, mais le plus souvent ce renforcement se fait avec des nutriments synthétiques dont on ne peut nier l’innocuité à 100 % pour l’organisme. La consommation des fruits frais peut donc éviter l’absorption des sucres ajoutés et de substances de synthèse. Ça permet en même temps d’éviter l’exposition aux substances toxiques comme le Bisphénol A (BPA) qui passe des emballages vers les aliments qu’ils contiennent.

Il donc clair que privilégier la consommation des fruits et des légumes frais va contribuer à réduire le surpoids, de l’obésité et les caries dentaires.

Par Julien DEMBELE, MSc.

The following two tabs change content below.
Julien DEMBELE
Julien est un blogueur de nationalité burkinabè, diplômé dans les domaines de la Toxicologie, l'Environnement-Santé, la Nutrition et les Sciences des aliments. J'aime bloguer ; écrire sur les sujets et actualités en rapport avec l'environnement et la santé.

6 Commentaires

  1. Bonjour!!! juste vous féliciter et vous encourager. le DFN est vraiment une situation préoccupante en Afrique actuellement car dans les pays où la sous-alimentation est importante, on assiste à une suralimentation néfaste.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *