Des boissons périmées au Burkina Faso : Plus rien ne sera comme avant 

Piles de cannettes FANTA périmées/Crédit photo: Lefaso.net

Piles de cannettes FANTA périmées/Crédit photo: Lefaso.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le slogan « PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT au Burkina Faso » a encore marqué un pas notable sur le chemin vers son sacre, bien sûr, si les autorités actuelles ont la volonté d’en faire une réalité. Une découverte, à Ouagadougou, de plus de 1200 tonnes de boissons à cannettes arrivées à la date d’expiration et en cours d’être redatées pour une mise sur le marché, a motivé la manifestation d’indignation des burkinabè jusqu’au premier citoyen, le Président du Faso.

Manigancé par une société burkinabè (OBOUF), c’est le plus grand scandale alimentaire porté à la connaissance des populations à travers les médias.  Et jamais, un scandale du genre n’avait bénéficié d’autant de médiatisation et suscité autant d’indignation. Quand on imagine que ce type de scandale avait l’habitude de se produire et que les règlements se faisaient à l’amiable derrière les rideaux, ça donne un petit ouf d’espoir que « PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT  au Burkina Faso ».

On peut admettre à la limite, que dans les situations de déficit alimentaire et de famine, des gens nous viennent au secours avec des aliments périmés, mais, qu’un opérateur économique, de surcroit un Burkinabè, importe des aliments avarié pour les vendre à la population est plus qu’indigne. Comment quelqu’un peut-il vouloir fonder sa fortune sur le sacrifice de la santé de ses compatriotes et d’autres le cautionnent ?

On ose parier même que ceci n’est qu’un pan de ce que la population endurait qui est entrain de sortir à la lumière ; le pire reste certainement à découvrir. C’est ainsi quand il n’y a pas d’alternance dans la gouvernance dans une pays. Vivement  que la lumière soit faite sur toutes les manigances de ce genre et que réellement PLUS RIEN NE SOIT PLUS COMME AVANT.

The following two tabs change content below.
Julien DEMBELE
Julien est un blogueur de nationalité burkinabè, diplômé dans les domaines de la Toxicologie, l'Environnement-Santé, la Nutrition et les Sciences des aliments. J'aime bloguer ; écrire sur les sujets et actualités en rapport avec l'environnement et la santé.

7 Commentaires

  1. Très beau numéro Julien,
     » Plus rien ne sera comme avant  » nous ont ils dit (autorités burkinabè), mais comment se sera maintenant et dorénavant? ils nous ont plus jamais rien dit. Au risque de me tromper un slogan du même type avait été dit un 30 mars 2000, décrété journée nationale du pardon au Burkina. Est même écrit sur le monument sortie de terre pour matérialiser et rendre hommage aux martyrs sur lequel on lit le slogan  » Plus jamais ça.  » Que n’avons nous pas vu 15 ans après ces propos plein de sens! du coup je me demande si nous (politique et civil) avons la même compréhension souvent des termes employés au vue des écarts constatés. je me méfie beaucoup des slogans surtout ceux dont le sens est vague et ambiguë.
    Ce scandale alimentaire n’est rien d’autre que les produits d’un gouvernement irresponsable. Impérialisme sans morale, de la pire espèce, tuant l’économie et la population avec. Si rien n’est fait pour l’encourager (corruption) rien ne sera fait pour la décourager, sinon 1200t de boisson de cannettes…
    Pour plus de sécurité et pour notre santé consommons nos boissons locales (riches et saines).

    1. Merci DOB. Tu fais des remarques très pertinentes. les autorités avance souvent ces propos soit sous le coup de l’émotion (ce qui a été le cas des autorités actuelles) sans bien mésurer ce qu’en sera la faisabilité sur le terrain, soit délibérement pour berner le peuple (ce qui a été du cas des autorités renversées). On va se rabattre sur DAFANI où on sur que la production actuelle ne peut pas occasionner de peremptions de produits.

  2. Hé oui, plus rien ne sera plus comme avant! Le fameux slogan du président de la transition! Ma crainte est que nous avons plusieurs années en arrière consommé de telles boissons! Seul Dieu nous préserve sinon….

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *